Droit de visite

Le droit de visite

Dans le paysage juridique suisse, le droit de visite occupe une position cruciale, agissant comme une passerelle qui facilite et cultive les relations durables entre les enfants et les parents non gardiens après une séparation ou un divorce. Il symbolise non seulement une obligation légale mais aussi un engagement moral visant à promouvoir l’harmonie et le bien-être au sein des unités familiales restructurées. Ainsi, il convient de prendre un moment pour explorer en profondeur les différentes facettes de ce droit primordial.

Définition du droit de visite

Dans la sphère du droit familial suisse, le droit de visite est structuré pour favoriser et maintenir les liens étroits entre les enfants et les parents qui n’ont pas la garde principale. Contrairement au droit de garde qui concerne la responsabilité principale du bien-être de l’enfant, le droit de visite est une initiative qui permet au parent non gardien de passer du temps de qualité avec l’enfant, renforçant ainsi les liens affectifs et permettant un échange culturel et éducatif enrichissant.

Répartition du droit de visite

La répartition du droit de visite en Suisse n’est pas figée et s’efforce d’incorporer une flexibilité qui peut accommoder les diversités et complexités des dynamiques familiales modernes. Les tribunaux, tout en élaborant les accords de droit de visite, s’efforcent d’intégrer divers facteurs, y compris mais sans s’y limiter, l’âge de l’enfant, les horaires de travail des parents, et même les relations interpersonnelles entre les membres de la famille. L’objectif principal est de concevoir un plan qui favorise une interaction harmonieuse tout en mettant en avant l’intérêt supérieur de l’enfant.

L’avis de l’enfant

En Suisse, une grande importance est attribuée aux opinions et sentiments des enfants dans les cas de droit de visite. L’évaluation de l’avis de l’enfant est menée de manière méthodique, prenant en considération leur âge et leur niveau de maturité. Des professionnels spécialement formés sont souvent engagés pour faciliter cette communication, assurant ainsi que l’enfant a une plate-forme pour exprimer librement ses désirs et ses préoccupations, les aidant à être des participants actifs dans le processus qui façonne leur futur.

La proximité personnelle (art. 273 CC)

L’article 273 du Code civil suisse vise à promouvoir une proximité personnelle entre l’enfant et le parent non gardien. Ce n’est pas seulement une question de rencontres fréquentes, mais aussi une invitation à établir une relation riche et profonde, caractérisée par une compréhension mutuelle et une affection partagée. Les tribunaux, dans leur quête pour garantir cette proximité, prennent des décisions réfléchies qui encouragent la continuité et la stabilité dans la vie de l’enfant, favorisant ainsi un développement harmonieux.

Restriction et suppression du droit de visite

Il est important de noter que, dans des circonstances exceptionnelles, il peut être nécessaire de restreindre ou d’éliminer le droit de visite. Ces mesures sont généralement prises pour protéger l’enfant contre toute forme de préjudice ou de danger potentiel. Les tribunaux examinent minutieusement tous les éléments disponibles, y compris les rapports d’experts et les témoignages, avant de prendre une décision qui, bien que difficile, vise à servir le meilleur intérêt de l’enfant à long terme.

En conclusion, le droit de visite en Suisse s’inscrit dans une perspective de sauvegarde et de promotion des intérêts de l’enfant. Les différentes étapes et processus liés à ce droit sont structurés pour offrir un environnement propice au développement de relations saines et enrichissantes, même dans des circonstances familiales modifiées. Il témoigne de l’engagement de la Suisse à assurer le bien-être et l’épanouissement continu de ses citoyens les plus jeunes et les plus vulnérables.

Une première consultation

de 60 min à CHF 220.-

Faites le point de votre situation avec un avocat spécialisé.

Vous souhaitez uniquement un rendez-vous sans votre concubin ?
Vous n’êtes pas sûr de souhaiter vous séparer ?
Vous avez des questions à poser ?
Votre situation n’est pas claire ?
Vous hésitez entre une séparation et un divorce ?


Optez pour une première consultation avec un avocat.

Vous déciderez ensuite si vous souhaitez poursuivre les démarches et nos avocats vous donneront le coût de votre divorce / séparation / dissolution en fonction de votre cas. Rendez-vous possible en personne ou par visioconférence.

Nos avocats

Me Sara Perez

Me Pauline Schott

Prenez RDV dès maintenant

en appelant notre secrétariat ou en remplissant le formulaire ci-dessous. Rendez-vous possible en personne ou par visioconférence.

+41 22 566 84 20